SMART MORNING SOUMIERmer. 02/03/22

SMART MORNING SOUMIER du 2 mars 2022, Et vous, quel entrepreneur êtes-vous ?


By.O Group : cinq questions à Marc Debets

Les entreprises françaises souffrent-elles d’un problème de souveraineté ? C’est ce qu’a cherché à savoir By.O Group, un cabinet de conseil spécialisé dans la relation BtoB présidé par Marc Debets, qui a lancé un grand baromètre.

Avant de nous parler de votre baromètre, pouvez-vous nous présenter By.O Group ?

Nous sommes un cabinet de conseil, créé en 2002, spécialisé dans la relation BtoB. Notre cœur de métier, c’est de faire en sorte que les grandes entreprises aient une relation efficace et pérenne avec leur partenaires business, que ce soit leurs clients, leurs fournisseurs ou leurs partenaires stratégiques. By.O Group a été créé en 2002 et compte aujourd’hui, parmi ses clients, de grands Groupes internationaux, comme LVMH, L’Oréal, Total, Danone, Nestlé, Véolia ou des banques. Nous avons également lancé APEXAGRI, une société dédiée aux filières agricoles, particulièrement en Afrique.

Comment définissez-vous la souveraineté des entreprises ?

La souveraineté des entreprises prend en compte deux facteurs : la criticité et la localité. Cela répond à une question précise : sur les éléments critiques de son entreprise, est-ce qu’il y a une forte dépendance vis-à-vis de l’étranger ? Si par exemple je produis des voitures, je dois déterminer les points réellement essentiels à cette fabrication et constater la part de la production qui est réalisée en France, en Europe et ailleurs, et savoir si j’en suis dépendant. 

Comment s’est mis en place votre Baromètre de la Souveraineté, publié en janvier ?

On entend beaucoup d’entreprises et de personnes publiques parler de la souveraineté, mais on voulait recueillir les avis des dirigeants d’entreprise. En collaboration avec OpinionWay, nous avons interrogé 507 dirigeants de grands Groupes, d’ETI, de PME et de TPE. Nous avons voulu réaliser ce baromètre car nous pensons qu’il faut ajouter de la maturité à ce débat, qui nous concerne directement. Nous voulons également nous inscrire dans la durée, car ce baromètre va être publié chaque année.

Quelles informations clés ressortent de ce baromètre ?

Le premier enseignement, c’est que 82 % des entreprises interrogées s’estiment souveraines. Dans le même temps 91 % déclarent qu’une relocalisation de leurs productions n’a pas été réalisée et n’est pas prévue. Ce qui ressort réellement, c’est que même s’il y a des actions de relocalisation ponctuelles, on n’observe pas de mouvement de fond. Si on pousse l’analyse, plus les entreprises sont grandes, plus elles s’estiment dépendantes de l’international. Elles déclarent ainsi avoir pris en compte ces risques, malgré les freins évidents à la relocalisation : des coûts plus élevés et des matières ou ressources qu’on ne retrouve pas en France. Mais la Data va également jouer un rôle important, car les données sont en grande partie récoltées par les GAFAM. Là encore, on observe un problème de souveraineté fort. D’ailleurs, la souveraineté pourrait impacter la croissance d’un tiers des entreprises interrogées, selon leur dirigeant.

Quelles conclusions tirer de ce baromètre ?

On observe qu’il faut analyser les filières stratégiques et chaque maillon de la chaîne, pour comprendre les points de faiblesse et de dépendance trop élevés. Par rapport à ça, il faut mettre en place des alternatives de fournisseurs, relocaliser ou démultiplier le nombre d'usines, voire changer de technologie. On a également pu constater les enjeux de la souveraineté avec la crise sanitaire, qui a engendré des pénuries de matières et une logistique bouleversée. Ainsi, de plus en plus de clients se tournent vers nous pour comprendre leurs besoins et mettre en place des stratégies pour asseoir leurs capacités de croissance.