SMART MORNING SOUMIERmar. 24/05/22

Mardi 24 mai 2022, SMART MORNING SOUMIER reçoit Nicolas Bertrand (Directeur général et cofondateur, Artelink)


Artelink : cinq questions à Nicolas Bertrand

Fondateur d’Artelink, Nicolas Bertrand a imaginé une plateforme pour mettre en relation des ingénieurs de la construction en freelance, avec des entreprises aux besoins très spécifiques.

Quelles évolutions rencontre le marché du freelancing en France ?

Aujourd’hui, les travailleurs réclament davantage de mobilité. Ils veulent travailler à leur rythme, parfois en télétravail, et bénéficier d’une meilleure rémunération. Le nombre de freelances en France ne fait qu’augmenter et c’est également le cas pour les ingénieurs spécialisés dans la construction. D’après les chiffres de nos dernières études et celles de l’Observatoire Paritaire des métiers de l’Informatique, de l’Ingénierie, des Études et du Conseils (OPIIEC), le nombre d’ingénieurs indépendants avait doublé entre 2017 et 2020 (15 000 contre 31 000), jusqu’à atteindre 40 000 l’année dernière.Cette augmentation progressive va même s’accélérer, puisqu’on prévoit 100 000 freelances en 2025, pour un million d'ingénieurs en France. L'ingénierie se prête particulièrement bien au freelancing, au même titre que l’IT, car les missions sont souvent longues, sans creux d’activité.

Comment Artelink joue son rôle dans ce marché ?

Artelink est une plateforme d'intermédiation entre des ingénieurs freelances du monde de la construction et des sociétés de construction en Europe. Créée en collaboration avec Artelia, la troisième société d'ingénierie d’Europe, notre plateforme met en relation environ 500 ingénieurs indépendants avec des grandes entreprises, comme Vinci, Artelia ou Total. 

Qui sont les freelances inscrits sur votre plateforme ?

Nous avons tous les profils, en particulier des ingénieurs spécialisés dans le bâtiment, dans les infrastructures et dans l’énergie. Ils peuvent être jeunes, néanmoins notre niveau d’expérience moyen est de 17 années. Il faut d’abord faire ses armes pour gagner en crédibilité comme ingénieur indépendant. De plus en plus de nos freelances ont également une expérience à l’étranger. 

Comment fonctionne Artelink ?

Nous disposons d’une plateforme digitale, dotée d’une technologie d’IA pour analyser les CV et dénicher le meilleur candidat possible, toutefois nous fonctionnons essentiellement grâce à nos équipes et aux ressources d’Artelia. Après avoir écouté le projet et les besoins de notre client, nous nous lançons à la recherche de l’ingénieur idéal, avant de nous occuper de toutes les démarches administratives. Sur la plateforme, on centralise également un maximum d'outils de facturation, de comptabilité et de contractualisation.

Quels sont vos projets ?

Cette année, voire l’année prochaine, nous voulons adresser l’ensemble du marché français en travaillant aux côtés des plus grandes sociétés du bâtiment. On regarde également les marchés asiatiques et africains qui sont très porteurs, même si notre internationalisation commencera par nos voisins européens. Augmenter le nombre de freelances fait également partie de nos objectifs, mais pas à un rythme effréné.