LE GRAND ENTRETIENmer. 09/11/22

Mercredi 9 novembre 2022, LE GRAND ENTRETIEN reçoit Jean-Philippe Gibaud (Président Fondateur, GEOLITH)


GEOLITH : cinq questions à Jean-Philippe Gibaud

L’entreprise française et innovante Geolith a développé une nouvelle forme d’extraction de lithium plus propre et plus respectueuse de l’environnement. Jean-Philippe Gibaud, Président fondateur, explique comment cette innovation fonctionne et à qui elle s’adresse.

Que propose GEOLITH ? 

GEOLITH propose des filtres permettant une extraction sélective du lithium offrant une production éco-responsable du lithium nécessaire à la transition énergétique. Ce procédé est réalisable à partir de ressources disponibles dans de nombreux pays, comme par exemple en France avec les eaux de géothermie profondes d’Alsace.

Pourquoi accroître la production de lithium est un enjeu stratégique pour réussir la transition énergétique ? 

Le lithium est stratégique pour la transition énergétique pour le stockage des ENR et pour le transport essentiellement sous forme de batteries. La demande mondiale en Lithium devrait être multipliée par 6 d’ici 2030 et par 40 d’ici 2040.

Quelles technologies innovantes et éco-responsables avez-vous développé pour accéder à de nouvelles ressources en lithium ? 

Nous avons développé un matériau innovant qui capture le lithium de manière sélective et réversible pour le récupérer facilement. La mise en œuvre se fait dans des appareils qui sont similaires à des filtres pour le traitement de l’eau. Notre procédé est extrêmement efficace avec plus de 90% de capture contre 20 à 40% pour les procédés traditionnels, mais aussi avec un impact minimal sur l’environnement, tout en étant tout à fait compétitif avec les technologies existantes.

A qui s’adressent les solutions de GEOLITH ? 

Nous fournissons la brique technologique permettant une extraction éco-responsable du lithium à des professionnels tels que les producteurs actuels de lithium d’Amérique du sud désireux d’améliorer leurs performances techniques et environnementales, ou de valoriser des ressources moins favorables que le salar d’Atacama qui est déjà très/trop sollicité. Nous fournissons aussi les opérateurs de géothermie présents dans la vallée du Rhin qui souhaitent diversifier leurs revenus. Et enfin, les opérateurs pétroliers soucieux de la transition énergétique en transformant leurs vieux puits de pétrole en sources de lithium.

Quels sont vos prochains objectifs à court et long terme ? 

Notre prochaine étape est la construction de notre site industriel de production de filtres en France, pour alimenter un marché mondial. Pour cela, nous cherchons à lever 30 millions d’euros nécessaires à la réalisation. Cela avance bien, avec de nombreuses expressions d’intérêt que nous sommes en train de concrétiser. Néanmoins, les investisseurs intéressés prêts à partager cette aventure sont les bienvenus.