Vendredi 16 avril 2021, BE SMART reçoit Jonathan Anguelov (Cofondateur, Aircall)

    Disponible en audio

    Apple Podcast, Spotify, Deezer...

Aircall décolle grâce au confinement

La digitalisation à marche forcée des entreprises pendant la crise sanitaire a fait le bonheur de certaines startups de la French Tech. C’est le cas d’Aircall, une startup qui a mis au point un logiciel de téléphonie cloud pour entreprises.

Avec plus de 100 millions de dollars levés depuis 2014, Aircall est ce que l'on appelle une entreprise en hypercroissance. Fondée il y a 7 ans, cette startup propose un logiciel qui remplace les serveurs téléphoniques classiques des entreprises et leur standard. 

“On s’est rendu compte qu’il y avait un vrai problème pour les entreprises pour mettre en place leur téléphonie en cas de transition ou d’arrivée de nouvelles équipes, c’était long, c’était cher et on s’est dit qu’il fallait simplifier” explique Jonathan Anguelov, “Habituellement on avait un téléphone fixe posé sur le bureau, aujourd’hui on n’a plus ça avec Aircall, c’est un logiciel sur ordinateur qui va s’intégrer à tous les outils métiers des entreprises” précise-t-il.

La crise sanitaire a été un accélérateur de croissance selon les dires de son cofondateur, puisque de nombreuses sociétés ont recherché ce type de service pour leurs employés en télétravail. “On a vu arriver des sociétés un peu plus traditionnelles comme des PME de provinces qui prenaient leur temps pour se digitaliser” observe Jonathan Anguelov. 

L’arrivée de nouveaux clients a poussé Aircall à recruter plus de 200 collaborateurs en 2020 pour assurer son développement. L’entreprise prévoit d’ailleurs de recruter davantage en 2021 pour accélérer sa croissance à l’international qui représente déjà 85% de son chiffre d’affaires. “2020 a été l’antichambre de 2021, il fallait qu’on atteigne certains milestone (paliers), on voulait aussi améliorer le logiciel avec de nouvelles fonctionnalités, aller où l’on voulait aller et maintenir de la croissance” indique le cofondateur d’Aircall. 

Déjà présente à Paris et à New-York, où elle réalise 33% de son chiffre d’affaires, la start-up souhaite étendre ses activités en Asie Pacifique avec l’ouverture récente d’un bureau à Sydney mais aussi en Europe avec bientôt trois nouveaux bureaux à Madrid, Berlin et Londres. “On veut être un leader de la téléphonie mondiale pour les entreprises et pour ça il faut se rapprocher de nos clients” constate Jonathan Anguelov. 

Aircall pourrait logiquement être cotée à Paris mais ce n’est pas la priorité de son cofondateur qui voit plus grand avec une entrée en bourse à Wall Street. “Il y a un peu un rêve de gosse si on veut être honnête” confesse-t-il, “économiquement c'est plus intéressant d’aller sur les marchés américains parce qu'ils savent coter des boîtes de technologie (...) les marchés américains vont mieux nous valoriser”.