Lundi 3 mai 2021, BE SMART reçoit Sébastien Dumoulin (journaliste)

    Disponible en audio

    Apple Podcast, Spotify, Deezer...

États-Unis - Chine : Comment la 5G et Huawei sont-ils devenus les enjeux de la nouvelle guerre froide ?

Dans son nouveau roman intitulé “La guerre mondiale des ondes”, le journaliste spécialiste des télécoms Sébastien Dumoulin raconte les grandes batailles de la guerre numérique qui oppose Pékin et Washington notamment autour de Huawei.

L’histoire débute le 1er décembre 2018, à Vancouver, lorsque la police canadienne arrête Meng Wanzhou, la directrice financière de Huawei et fille du fondateur du géant chinois des télécoms. Un épisode qui peut sembler lointain plusieurs années après, tant l’actualité a été bousculée avec la crise sanitaire. “Elle y est toujours” rappelle Sébastien Dumoulin, “elle, elle, n’a pas oublié parce que cela fait quand même deux ans et demie qu’elle est placée en liberté surveillée, avec un bracelet électronique et un couvre feu” ajoute-t-il.  

Le journaliste revient sur les raisons de cette arrestation qui symbolise à elle seule le combat que se livrent les Etats-Unis et la Chine pour la domination numérique. "On accuse Huawei d’avoir contourné les sanctions américaines sur l’Iran avec une espèce de coquille qui aurait permis à l’entreprise de faire du business avec les opérateurs télécoms iraniens” explique-t-il, “et cette femme qui est la directrice financière de Huawei, aurait personnellement participé à la mise en place de cette stratégie de contournement”.

Sébastien Dumoulin raconte aussi comment son fondateur, Rhen Zengfei, ancien officier de l’armée populaire de Chine a fondé cette entreprise avec 5000 dollars en 1987 et comment cette dernière s’est imposée comme un géant des télécoms à l’échelle mondiale. “Huawei est arrivé assez tard sur le marché du Smartphone en 2004 (...) mais contrairement à ses concurrents il embraye assez vite sur cette innovation de rupture” souligne le journaliste, “ensuite, à la fois par ses capacités internes et sa puissance de R&D, Huawei est capable de mettre au point des appareils que vous êtes capable de payer le prix d’un Apple ou d’un Samsung” poursuit-il. 

Selon Sébastien Dumoulin, les Etats-Unis ont eu très tôt Huawei dans le collimateur puisque l’entreprise est accusée d’avoir passé des contrats avec Saddam Hussein, “en tout cas c’est ce que disent les spécialistes de l’époque” souligne-t-il. Soumis à des sanctions américaines depuis 2019, Huawei ne peut plus utiliser de technologies américaines dans ses smartphones, notamment son système d’exploitation Androïd qui est développé par Google. Le fabricant chinois s’est également vu couper son approvisionnement mondial en semi-conducteurs, composants électroniques indispensables aux secteurs de la haute technologie.