SMART WORLD du 5 mai 2021

Le diamant n’est plus en vogue…

La marque de bijou danoise Pandora dit au revoir aux diamants naturels.

Si Pandora ne dit rien à certains d’entre vous, c’est pourtant le plus grand bijoutier en volumes au monde.  

C’est un vrai engagement - officiellement annoncé - elle n’utilisera plus de diamants extraits de mines.  

Un symbole surtout, quand on sait que les alertes au sujet des violations des droits de l’homme dans les mines et les usines de production de diamant, se multiplient.  

Pandora est une marque engagée puisqu’il y’a déjà moins d’un an, elle a pris la décision de ne plus mettre dans ses bijoux, ni or ni argent nouvellement extrait.

 Pandora opte donc pour des diamants de synthèse. 

Elle s’apprête à lancer sa première collection avec ce qu’on pourrait appeler des fausses pierres.  

Des pierres fabriquées en laboratoire, au Royaume-Uni.  

C’est une décision à nuancer puisque Pandora, ce n’est pas du haut de gamme, elle n’utilise donc pas beaucoup de diamants dans sa production.  

Sur 85 millions de bijoux, seules 50 000 pièces (environ) comportent des diamants extraits de mines.  

 

Le recourt aux diamants de synthèse ne va pas durer.   

C’est un moyen transitoire.  

Une étape avant d’arrive à la neutralité carbone. 

C’est son objectif d’ici quatre ans.  

La marque aimerait qu’à terme, sa production ne repose plus que sur des métaux précieux recyclés.   

 

Et si Pandora a clairement une longueur d’avance en termes d’éthique, elle n’est pas le seul bon élève, dans un registre plus luxe, il semblerait que Tiffany aussi fasse preuve de bonne volonté.  

L’année dernière, elle a commencé à fournir à ses clients des informations sur le parcours exact de chaque pierre.  

D’ailleurs, c’est l’ONG Human Rights Watch qui a souligné que Tiffany et Pandora avaient pris des mesures significatives en faveur d'un approvisionnement responsable.  

En termes de chiffres, l’année 2020, on s’en doute, a été difficile. Les ventes mondiales de diamants ont chuté de 15 % !  

La production de diamants bruts a baissé de 20 % et les prix se sont affaissés de 11 % !  

Mais d’après Bloomberg, il semblerait que les ventes de diamants issus des mines sont reparties à la hausse.  

Les producteurs voient les clients revenir crescendo… 

Donc des avancées pour plus d’éthique, mais une demande qui reste visiblement attachée au produit brut.