Lundi 17 mai 2021, BE SMART reçoit Wilfrid Galand (Directeur stratégiste, Montpensier Finance)

    Disponible en audio

    Apple Podcast, Spotify, Deezer...

Les Etats-Unis doivent-ils craindre la remontée des taux d’intérêts ?

Les aides d’Etat et l’accélération de la campagne de vaccination ont dopé l’économie américaine. Celle-ci se retrouve aujourd’hui sous tension avec un retour de l’inflation et une remontée des taux d’intérêts depuis plusieurs jours.

“La remontée des taux d’intérêts est liée à deux choses, les anticipations d’inflation et une normalisation du monde économique” explique Wilfrid Galand, directeur-stratégiste de Montpensier Finances, “quand on a des taux d’intérêts qui sont soit bas soit négatifs, cela veut dire qu’on ne croit plus du tout dans ce qu’il va se passer tout de suite (...) là, on revient dans un monde un peu plus classique avec un prix du temps et un prix du risque” observe-t-il.

Les banques centrales se seraient-elles trompées en fixant des taux d’intérêts à court terme trop bas ? “Le référentiel et les marchés ont actés que c’était un monde incertain et que c’était une bonne idée d’avoir un prix de l’argent négatif pour essayer d’accélérer les choses d’une manière ou d’une autre”, affirme Wilfrid Galand.

Toute la difficulté va maintenant être de gérer la sortie et d’éviter la surchauffe, met en garde le directeur stratégiste de Montpensier Finances. “Progressivement le monde se normalise, on a des tensions sur les matières premières, on a une remontée des coûts sur le souverainisme économique, des coûts sur l’écologie, des coûts sur la santé (...) on commence également à avoir des pénuries de main-d’œuvre comme on peut le voir aux Etats-Unis où vous avez Macdonald, Chipotle, Amazone qui commencent à monter les salaires sans que l’on ne leur ait rien demandé” constate-t-il. 

Pour autant le directeur stratégiste de Montpensier finances n’est pas inquiet. “L’inflation à 0 ou 0,5 % est en train de changer mais cela ne veut pas dire que l’on va aller vers des périodes durables d’inflation à 4 ou 5%” pronostique-t-il.

Côme Dubois