Mardi 1 juin 2021, SMART JOB reçoit Jérôme Miara (PDG, OBEA)

    Disponible en audio

    Apple Podcast, Spotify, Deezer...

Compétences : les clés de la relance ?

Comment se déroulera la rentrée de septembre ? La compétence des salariés sera-t-elle replacée au centre des organisations ? Le plan de relance “France Relance” de 100 milliards d’euros s’articule autour de trois axes : l’écologie, la cohésion et la compétitivité, pour donner l’opportunité aux entreprises d’être plus attractives.

Les diagnostics d’un livre blanc, “La relance par les compétences - enclencher un cercle vertueux”, publié par Obea sur le sujet ne sont malheureusement pas encourageants, surtout pour la France qui,selon les résultats, décroche. Selon Jérôme Miara, “la France ne décroche pas sur tous les sujets. Son élite reste bien placée et nous en sommes très fiers. La liste des très grandes entreprises également.”

Concernant le plan de relance du Gouvernement, Jérôme Miara explique : “Nous sommes à un an de l’élection présidentielle, et il y a, par ailleurs, beaucoup d’argent sur la table pour la relance, que ce soit en France mais également dans tous les grands pays. Visiblement, les 13 milliards d’euros vont arriver en juillet : l’argent est sur la table, et il a deux vocations : la consommation et l’investissement. Pour que les chefs d’entreprise aient envie d’investir en France, il faut qu’il y ait des compétences disponibles. Or aujourd’hui, le constat, c’est qu’elles ne sont pas disponibles.”

De plus, le taux de chômage reste très élevé. Comme l’appuie le classement PIAAC, (qui prend en compte les taux d’emploi et de chômage), la France apparaît en 21ème position avec un taux d’emploi de 64% et un taux de chômage à 9%. Au premier rang, le Japon, le meilleur élève en matière d’emploi (71%) et de chômage (4%). Jérôme Miara explique cet écart : “Il y a pas mal de corrélations qui peuvent être faites. L’investissement technologique a un impact énorme sur le chômage. On a beaucoup pensé que robotiser, c’était nuire à l’emploi. Il y a eu l’exemple récent de Bridgeston (entreprise japonaise de fabrication de pneus), où on s’est aperçus qu’à force de ne pas robotiser et de ne pas investir sur le capital humain, on était descendu en gamme, et il n’y avait plus d’autres solutions que de fermer l’entreprise. C’est cette culture d’investissement qui n’est pas suffisamment présente en France, et qui n’est pas présente sur les technologies, le capital humain et sur les compétences.”

Pourquoi la compétence serait-elle le véritable levier de la relance économique ? Réponse dans ce livre blanc, “La relance par les compétences - enclencher un cercle vertueux” publié par Obea, société de conseil en ressources humaines. L’auteur de ce livre, Jérôme Miara, PDG d’Obea est l’invité de Smart Job.

Pauline GRATELLE