Lundi 7 juin 2021, SMART JOB reçoit Lucille Desjonquères (Fondatrice & Présidente, Leyders Associates)

+ plus
    Disponible en audio

    Apple Podcast, Spotify, Deezer...

Femmes dirigeantes, le plafond de verre

Quelle place ont les femmes dans les entreprises, dans les comex et conseils d’administration ? Les femmes aussi ont envie de réussir et de diriger. Lucille Desjonquères, Présidente France du réseau International Women’s Forum, Fondatrice et Présidente du cabinet d’approche directe “Leyders Associates”, a ces problématiques à cœur. Elle est l'invitée de Smart Job.

International Women’s Forum (IWF), “c’est un réseau américain qui est né dans les années 70 à New-York. Il s’est étendu sur le reste des États Unis et à dépassé les frontières et aujourd’hui, il y a 7 000 femmes présentes sur les six continents, femmes dites influentes : entrepreneuses, sportives de haut niveau, écrivaines, artistes ou encore chirurgiennes.” explique Lucille Desjonquères, qui s’est vu proposer la création du chapitre français “french chapter” d’IWF il y a quatre ans. Et pour cause, son cabinet RH de chasseurs de têtes est extrêmement engagé dans la parité. “Ils se sont dit, légitimement, que je croisais beaucoup de femmes éligibles pour créer ce réseau en France.” appuie-t-elle.

Les femmes dans les comex, pour Lucille Desjonquères, c’est une priorité. Elle explique “Le jour où il y aura assez de femmes en haut de ces tours, on peut espérer qu’elles aideront toutes les femmes.” Mais alors, il y a donc des freins sur le postulat qui empêchent les femmes d’accéder à ces comex ? Elle confirme : “il y a encore une immense misogynie, on le sait et c’est planétaire. En France, on devient meilleurs que de nombreux pays grâce aux quotas”. Des quotas qui ont, néanmoins, été controversés.   

Qu’est-ce que les femmes apportent de plus ? Pour Lucille Desjonquères, c’est très clair : “Nous les femmes, nous n’irons nulle part sans les hommes. Et les hommes n’iront pas plus loin sans les femmes, et il est grand temps de faire ensemble, pour de la performance. Ce n’est pas une bonne action que de recruter une femme. C’est juste apporter de la performance à l’entreprise parce que nous (les femmes et les hommes), réfléchissons différemment et c’est cette complémentarité, ce mariage des deux, qui est important. Il faut encourager les entreprises à construire des équipes diversifiées, des personnes ethniques, des femmes, des hommes, parce que l’on sait que ce mélange de cultures et de genres va apporter de la performance.” Elle poursuit “ Les femmes apportent de la créativité, beaucoup de rigueur mais prendront moins de risques que les hommes et c’est l’addition de ces compétences qui est indispensable : peut-être qu’il faut prendre des risques et qu’elles n’oseront pas. D’où l’importance d’avoir autour de la table des hommes qui les inciteront à prendre ce risque. Elles ont de la vision, en management, elles ont de l’empathie, et on en manque dans les comités de stratégie », conclut Lucille Desjonquères. 

Pauline GRATELLE