Key Figure du mardi 8 juin 2021

SMART WORLDDurée : 3m

SMART WORLD du 8 juin 2021

Google sanctionné pour abus de position dominante

Une décision administrative contre Google risque de faire jurisprudence

Cette décision est une première. Google a été sanctionné pour abus de position dominante en France. Le montant de l’amende s’élève à 220 millions d’euros, imposé par l’Autorité de la Concurrence. Celle-ci reproche à Google d’avoir “favorisé ses propres services dans le secteur de la publicité en ligne”. L’autorité précise dans un communiqué que “Google, qui n’a pas contesté les faits, a souhaité entrer en transaction avec l’Autorité, qui a fait droit à sa demande”. Google a aussi pris les engagements de modifier le fonctionnement de son service publicitaire. 

Isabelle de Silva, présidente de l’Autorité de la concurrence a déclaré à l’occasion de cette décision : « La décision sanctionnant Google a une signification toute particulière car il s’agit de la première décision au monde se penchant sur les processus algorithmiques complexes d’enchères par lesquels fonctionne la publicité en ligne « display »”, c’est à dire qui vient s'afficher sur les écrans des internautes. 

L’instruction menée a permis de révéler les processus par lesquels Google se favorise dans le monde de la publicité en ligne. Enfait, Google est présent sur toute la chaîne des acteurs de la publicité qui relie les annonceurs et les éditeurs. Plusieurs technologies permettent de mettre en relation ceux qui cherchent un espace de publicité et ceux qui vendent un espace de publicité. 

Cela passe par des plateformes d’achat, des plateformes d’enchères et des serveurs. Google possède des acteurs sur ces trois secteurs ce qui biaise le principe de concurrence. 

La demande a été initiée par plusieurs éditeurs de presse : News Corp Inc. (dont The Wall street journal, The Sun, NY Post…), le groupe Le Figaro, qui s’est ensuite désisté, et le groupe Rossel La Voix (La Voix du Nord, le Courrier Picard, Le Soir). Ces groupes de presse monétisent leurs contenus via des espaces publicitaires et utilisent deux technologies publicitaires proposées par Google. Les saisissants ont fait valoir que Google s’est comporté de manière à ce que ces deux technologies s’avantagent réciproquement, au détriment tant des fournisseurs de technologie concurrents. L’autorité de la concurrence juge par ailleurs que les groupes de presse ont été affectés alors même que leur modèle économique est fortement fragilisé par la décrue des ventes d’abonnements papier et la baisse des revenus publicitaires associés. Alphabet, la maison mère de Google, a réalisé 55,31 milliards de dollars de chiffre d'affaires au premier trimestre 2021. 

Comparativement, l’amende semble faible. Mais ce chiffre d’affaires est réalisé majoritairement grâce à la publicité en ligne. 

Sibylle Aoudjhane