Jeudi 10 juin 2021, SMART IMPACT reçoit Patrice Carayon (Président, Chiesi France)

    Disponible en audio

    Apple Podcast, Spotify, Deezer...

Chiesi est le plus grand groupe pharmaceutique à obtenir la certification B-corp

“Prendre soin des patients et de la planète, aujourd’hui pour demain” : c’est la raison d’être de Chiesi, laboratoire pharmaceutique Italien. À cette fin, le groupe a installé un nouveau site éco-responsable sur le territoire français, dans le Loir-Et-Cher.

Chiesi est récemment devenu une société à mission, une première pour un laboratoire pharmaceutique. Ce changement structurel marque l’intérêt porté par le laboratoire pour la RSE et se veut être une source d’inspiration pour ses concurrents. 

Patrice Carayon, le président de Chiesi France détaille les trois lignes directrices qui guident les engagements du groupe : “premièrement, on co-construit aux côtés des patients et des professionnels de santé, les solutions de santé de demain. Deuxièmement, on accompagne nos collaborateurs dans leur engagement RSE. Puis, le troisième type d’engagement est sûrement le plus important, on souhaite transformer notre usine de Blois en un site spécialisé dans la production d’aérosols-doseurs de médicament à empreinte carbone minimum, un spray qui réduit drastiquement l’émission de CO2 dans l’air.” 

Des engagements qui ont tout de même un prix. Le laboratoire a investi 350 millions d’euros au total, dont 50 millions seront réservés à l’agrandissement du site français de Blois : ce projet se traduit par un gain de compétitivité pour la France. “Sur cette usine de Blois, on va fonctionner uniquement à l’énergie recyclable. De plus, nous allons devenir le site de référence de la production de ces sprays plus écolos, ce site était jusqu’à lors celui de Parme”, assure-t-il. 

Ce site éco-responsable a la volonté de prendre en compte un maximum d’éléments environnementaux pour maximiser son impact positif. Il s’engage aussi dans le retraitement des eaux usées, "À la sortie du parcours propre de l’usine, on va récupérer une eau plus pure qu’à son entrée.”, affirme Patrice Carayon. Un investissement durable qui s’avèrerait aussi être rentable si le laboratoire arrive à en faire l’axe principal de sa communication.

Louison Guegaden