Mercredi 9 juin 2021, SMART IMPACT reçoit Cecile Lochard (Directrice du développement durable, Guerlain)

+ plus
    Disponible en audio

    Apple Podcast, Spotify, Deezer...

Be(e) Careful aux abeilles, l’engagement fort de Guerlain

Protéger la faune, lutter contre la dégradation de la flore. La corrélation entre destruction de la biodiversité et crise sanitaire est indiscutable. Depuis 1853, l’abeille orne les bouteilles de parfum de la maison Guerlain, elle en est son emblème. Plus qu’un engagement historique, elle est devenue depuis 10 ans le combat environnemental prioritaire de la marque.

“30% de l’alimentation mondiale dépend de la pollinisation des abeilles” chiffre Cécile Lochard, directrice générale du développement durable de Guerlain. “Nous avons constaté que nos clients et nos partenaires n’avaient pas pleinement conscience de l’importance de cette espèce dans notre écosystème” ajoute-elle. À l’occasion de la journée internationale des abeilles, Guerlain a lancé une campagne de sensibilisation signée par l'hashtag #GuerlainForBees “Du 20 au 22 mai, pour chaque Hashtag et reposte, nous nous sommes engagés à reverser 20 euros à notre programme Guerlain For Bees qui opère pour la protection des abeilles. De plus, dès l’achat d’un produit de notre marque, 20% du prix de vente est redistribué à nos associations partenaires durant ces trois jours. Au total, nous avons collecté plus de 1 million d’euros.” indique-t-elle. 

Pour mener à bien ce projet, Guerlain s’est entouré des principaux acteurs du développement durable : l’UNESCO figure par exemple parmi ses partenaires. Cécile Lochard a confié avoir signé un tout nouveau contrat avec l’Union International des Conservations de la Nature. “On a décidé de travailler avec son comité français, il est le premier à mettre en place la Red Liste qui répertorie les espèces en voie de disparition.”

Par le biais d’un autre programme nommé “Women For Bees”, Guerlain a formé et accompagné 50 apicultrices. Deux constats ont forcé l’introduction de cet engagement : les femmes sont doublement victimes de la situation actuelle et il y a un manque de formation dans l’apiculture. “ 97% des apiculteurs français sont des apiculteurs de loisir. Il faut s’assurer qu’ils soient bien formés au métier. (..) Au moment de la COP21, un rapport a affirmé la grande vulnérabilité des femmes face aux changements contemporains. Les femmes des pays émergents sont celles qui souffrent le plus du changement climatique et de l’érosion de la biodiversité (..) Elles sont aussi les premières victimes de la crise sanitaire et des conséquences qu’elle implique comme le chômage de masse”, assure Cécile Lochard. Angelina Jolie sera l’égérie de ce programme.

Louison Guegaden