Mercredi 9 juin 2021, BE SMART reçoit Olivier de Montlivaud (fondateur, SOS Accessoires)

    Disponible en audio

    Apple Podcast, Spotify, Deezer...

SOS accessoires encourage le “do it yourself"

Cette startup française promeut l'auto-réparation des équipements électroménagers via des tutos et des services de réparations à distance. SOS accessoires possède un stock important de pièces détachées compatibles avec plus de 250 000 modèles d’appareils différents.

“Nous permettons de réparer aujourd’hui en catalogue plus de 250 000 appareils avec des millions de pièces détachées qui sont commandables sur notre site”, indique Olivier de Montlivaud, le fondateur de SOS accessoires, “ces pièces sont stockées chez nous dans notre entrepôt d’Élancourt, dans les Yvelines avec des réapprovisionnements réguliers”.

Avec plus d’un million de visiteurs uniques chaque mois, SOS accessoires ferait pâlir d’envie de nombreux sites médias français. “On arrive à drainer autant de visiteurs grâce à nos contenus, ce sont des centaines de tutos, de diagnostics, de vidéos qui séduisent nos clients”, explique le fondateur de l'entreprise, “la majorité de ces visiteurs viennent pour ces contenus et une partie va derrière acheter une pièce détachée, c’est notre modèle économique, il est fondé sur la vente de ces pièces mais pour que les gens en achètent il faut qu’ils identifient la cause de leur panne, qu’ils aient les moyens de la réparer et d’y arriver ”, précise-t-il.

Lorsque Olivier de Montlivaud a fondé son entreprise en 2008, il a voulu proposer un service qui lutte contre l'obsolescence programmée et qui favorise les “réparations maisons”. "Dans 50% des cas lorsqu’un appareil tombe en panne il n’y a pas besoin de pièces détachées”, indique-t-il, “bien souvent l’internaute s’est renseigné et connaît le problème mais il a besoin d’être rassuré donc du coup il va avoir recours à ce service qui coûte 20 euros, mais en contrepartie il réparera son lave-linge et prolongera sa durée de vie d’un, deux ou trois ans au lieu d’en racheter un 400 euros”.

Côme Dubois