Grand EntretienSMART JOBlun. 21/06/21

Lundi 21 juin 2021, SMART JOB reçoit Maylis Danné (Directrice Talents et Engagements, Nestlé)


Nestlé transforme son image

Le groupe Nestlé, leader mondial de l’agroalimentaire, a été récemment touché par la publication d’un document interne, publié par le Financial Times, indiquant que 60% des produits de la marque ne sont pas bons pour la santé. Sur le plateau de SMART JOB, Arnaud Ardoin et Maylis Danné, directrice Talents et Engagements chez Nestlé, font le point sur ce document, sur la marque employeur de ce leader et sur la transformation de l’image de l’entreprise.

Pour Maylis Danné, la marque employeur, ce n’est pas donner une autre image de l’entreprise : “C’est de dire qui on est, en tant qu’entreprise, en toute authenticité. Et d’expliquer à l’externe quelles sont nos valeurs, comment fonctionne la culture de notre entreprise, quelles sont les offres que l’on peut apporter à de futurs collaborateurs pour leur donner envie de nous rejoindre. Et c’est pour cela que quand on construit une marque employeur, il s’agit d’être le plus authentique et le plus transparent possible. C’est ce que l’on a essayé de faire.” La marque employeur de ce grand groupe a été créée bien avant les révélations faites par le Financial Times. La marque employeur n’est pas née à cause de cette campagne de presse. L’idée de transformation du groupe avait donc déjà été intégrée. 

Une des actions concrètes à impact positif de la marque employeur de Nestlé est la suivante :

 Chaque jour, Nestlé cherche à aller plus loin dans l’alimentation de demain pour améliorer le quotidien des Français 

Améliorer l’alimentation, le sourcing français, qualité des produits et moins de pesticides… Quelles sont les réflexions que mène le groupe Nestlé à ce propos ? Comment faire pour attirer des candidats après la publication du document interne ? Maylis Danné explique : “Nous travaillons bien-sûr, sans cesse, à améliorer le profil nutritionnel de nos produits pour qu’il y ait moins de sel, moins de sucre, moins de gras et par exemple, en cinq ans, nous avons reformulé 40% de nos recettes. Aujourd’hui, on travaille aussi beaucoup à des sujets de transparence vis-à-vis de nos consommateurs parce que c’est comme cela que se crée la relation de confiance, et c’est pareil avec nos candidats. Je peux vous dire par exemple qu’à la fin de l’année, nous aurons 100% des produits de notre portefeuille qui se verront apposer le nutri-score, et 60% auront un score A ou B. C’est important de le savoir.” Elle poursuit : “Nous avons, évidemment, de vrais enjeux climatique également : une feuille de route climatique avec des engagements de zéro neutralité carbone à horizon 2050 et d’avoir 100% de nos packagings recyclables ou réutilisables à horizon 2025. C’est en cela que nous cherchons à attirer les candidats qui ont envie d’avoir de l’impact, de faire bouger les lignes avec nous, pour inventer l’alimentation de demain.”

Pauline GRATELLE