Tech talkSMART TECHjeu. 24/06/21

Jeudi 24 juin 2021, SMART TECH reçoit Edouard Caraco (co-fondateur, The Bradery) et Justine Hutteau (co-fondatrice, Respire)


Le rôle des réseaux sociaux dans l’entreprenariat

L’avènement des réseaux sociaux a offert aux entreprises de nouveaux canaux de ventes. Appelé “social selling”, ces nouvelles pratiques commerciales ont permis à de jeunes entrepreneurs de se lancer rapidement en misant sur leur communauté de fans.

C’est le cas de Respire, une startup qui vend des produits d’hygiène naturels, végans et éco responsables, fabriqués en France. “On a lancé notre marque il y a maintenant deux ans (...) cela a commencé avec ma propre communauté, parce que je suis une fana de sport et je partageais déjà ma passion sur les réseaux sociaux ”, explique Justine Hutteau, la cofondatrice de Respire, “en fait ce sont les membres de cette communauté qui ont été les premiers contributeurs et les premiers acheteurs de nos produits, ils sont venus nous rencontrer avec mon associé Thomas Meheut, nous donner leurs avis… Ils ont un peu co-créé la marque avec nous”

Les deux associés décident ensuite de lancer une campagne de financement via la plateforme Ulule. “On a lancé un crowdfunding en novembre 2018, qui a été le tremplin de Respire puisqu’il nous a permis de pré-vendre 21 000 déodorants en un mois (...) notre communauté nous a bien aidé sur réseaux sociaux, j’ai fait une vidéo de lancement dans laquelle j'expliquais le projet qui a fait trois millions de vues”

Edouard Caraco a également misé sur le “social selling” pour lancer The Bradery, son magasin en ligne de ventes événementielles de marques premium. “Avec mon associé Timothée Linyer, nous avons commencé avec zéro follower, car on ne pouvait pas compter sur nos propres communautés qui n'étaient pas assez importantes”, remarque Edouard Caraco, “on a vu une formidable opportunité avec le réseau Instagram au niveau du e-commerce, on voulait bien mettre en avant l’image des marques avec lesquelles on travaille, or Instagram est le réseau du beau. Comme on fait des ventes événementielles, on a aussi misé sur le contenu éphémère de ce réseau avec les stories, cela nous a permis de créer une communauté qui atteint aujourd’hui les 275 000 followers”.

Côme Dubois