L'invitéSMART IMPACTjeu. 24/06/21

Jeudi 24 juin 2021, SMART IMPACT reçoit Jean-Baptiste Durier (Directeur RSE, Amaury Sport)


Le Tour de France, à vélo et encore plus écolo

Qui dit événement de grande envergure, dit aussi impact environnemental important. La 108e édition du Tour de France débute ce samedi 26 juin et elle implique le déplacement de Brest à Paris d’environ 4000 personnes, 2000 véhicules légers et 200 poids lourds : une réelle ville itinérante dont il faudra minimiser l’impact.

Faire de la Grande Boucle une vitrine de la transition écologique : Sa raison d’être est de s’engager en faveur de la mobilité à vélo. Pour Jean-Baptiste Durier, directeur RSE d’Amaury Sport Organisation possesseur du Tour de France, pour avoir un impact positif encore faut-il réduire son empreinte carbone.“On a un programme pour réduire notre empreinte : il s’appelle “C’est mon tour, j’agis”. On s’appuie sur une feuille de route méthodologique “la charte des 15 engagements éco-responsables” des grands événements sportifs internationaux. On l’a signé sous l’égide du WWF France et du ministère des sports. C’est une adaptation aux spécificités du sport, les fameux 17 ODD, objectifs de développement durable de l’ONU.”

Dans ce programme, des engagements environnementaux forts et notamment celui de la réduction de l’impact de la flotte automobile, “à horizon 2024, on ambitionne de passer l’intégralité de nos véhicules légers à une motorisation alternative : électrique, hybride, hydrogène, biocarburant. Le tour qui part dans deux jours verra sa flotte organisation être à 85% en motorisation hybride. (..) En ce qui concerne les poids lourds, ils seront en intégralité “Euro6” et on teste pendant tout le tour un camion qui roule au biocarburant” ,déclare-t-il. Autre levier de la transition écologique du Tour de France : la bonne gestion des déchets. Toujours à horizon 2024, l’objectif sera que l’intégralité des déchets du Tour soit recyclable et recyclée. 

Le Tour de France s’est doté d’une raison d’être qui sonne comme une évidence : faire la promotion du vélo. Une priorité appuyée par un constat : “aujourd’hui en France, 60% des déplacements font moins de 5 km, cela représente 20 minutes de vélo. Et pourtant, il n’y a que 4% des trajets qui sont effectués à vélo”, chiffre Jean-Baptiste Durier. Le Tour de France souhaite renforcer cet engagement au travers de l’opération “Les P’tits vélos” par exemple : “Nous apprenons à 30 000 enfants chaque année à rouler à vélo., développe-t-il.

Louison Guegaden