Et Demain ?SMART TECHmar. 29/06/21

SMART TECH du 29 juin 2021


Et demain, un robot sphérique et lunaire !

On plonge quasiment dans Star Wars ! Vous vous rappelez de ce robot, BB8 ?

Et bien le Japon aussi veut son propre robot roulant, pour l'envoyer lui aussi dans l’Espace ! Précisément sur la Lune.

C’est pourquoi l’Agence d’exploration aérospatiale japonaise, la JAXA, a annoncé le prochain lancement d’un petit robot sphérique.

Il s’agit en fait d’un projet commun entre la JAXA, et les groupes technologiques japonais TOMY, Sony et l’université de Doshisha.

Sony a ici développé un système de contrôle qui utilise SPRESENSE, une carte processeur de détection intelligente compacte et économe en énergie destinée à l'IoT. 

 Plusieurs points rendent cette techno intéressante.

D'abord ses dimensions. Il sera minuscule ! À peu près la taille d’une balle de Baseball.

Précisément 80 mm de diamètre. Pour seulement 250 grammes ! 

Un robot ultra compact en forme sphérique et si léger, c'est une aubaine dans le spatial. Le gain de place est un objet de réflexion majeur dans le spatial. 

Il faut optimiser la place disponible dans une fusée et surtout le poids des objets.

Plus la charge est lourde, plus on aura besoin de carburant ! 

Bref d’une façon ou d’une autre une technologie miniature et compacte permettra d’alléger les coûts.

Ensuite il y a l’agilité.

Bien que ultra compact, ce robot est capable de changer de forme !

Une fois arrivé sur la Lune, il pourra prendre une autre forme qui lui permettra de s’y déplacer. Il pourra être à la fois sphérique et cylindrique, en écartant les deux parties de la sphère de chaque côté. On comprend que les deux modes pourront rouler, même si l’agence japonaise a dévoilé peu de détails sur ce point.

Défis technologiques majeurs

Concrètement cette structure permettra à la sphère de rouler sur la surface désertique de la Lune, pour franchir des obstacles comme des petits cratères. Car évidemment la surface n’est pas lisse.

C’est un autre défi spatial, le déplacement sur une autre planète.

Pour relever ce défi, on remarque que la surface du robot non plus n'est pas lisse, on suppose donc que cette structure facilitera le parcours sur le satellite. On aimerait beaucoup voir ce robot en action, car rouler sur le sol lunaire reste un vrai défi technologique. A cause des nombreux obstacles.

Malheureusement la JAXA n’a pas révélé d’images de robot en test.

Mais si cette structure s’avère efficace, elle représentera une belle opportunité technologique.

Car la Lune va accueillir de nombreuses missions dans les prochaines années !

Et une technologie miniature, agile et donc on peut le supposer, moins chère, sera utile à toutes les agences sur place !

On pourra en envoyer par dizaine et établir un véritable réseau de caméra. Pour surveiller des manœuvres, ou pour envoyer une troupe en éclaireur analyser le terrain avant d’y envoyer des rovers et des hommes.

Une fois sur la Lune, ce robot va devoir collecter des données sur le régolithe, le sable de la Lune. 

Pas de prise d’échantillon, il s’agit ici seulement de filmer. 

Il y a donc une caméra cachée à l’intérieur.

Caméra qui se déploie quand le robot est en mode cylindrique.

Les images de la surface de la Lune prises par le robot seront envoyées au centre de contrôle de la mission qui les analysera pendant la mission.

L'objectif à long terme de cette mission c’est de préparer une mission de plus grande envergure. Car la JAXA veut envoyer un imposant rover pressurisé ET habité sur la Lune en 2029.

Le lancement de cette petite boule est prévu en 2022.

Cécilia Severi