Vendredi 16 juillet 2021, SMART IMPACT reçoit Jérôme Lachaze (Responsable RSE, Automobile Club de l'Ouest)

+ plus
    Disponible en audio

    Apple Podcast, Spotify, Deezer...

L’Automobile Club de l’Ouest, l’organisateur des 24 heures du Mans, dévoile sa stratégie RSE

Préparez vos pass sanitaire ! La 89ème édition des 24 heures du Mans arrive à vitesse grand V, elle se déroulera le 21 et le 22 août 2021. La plus grande course d’endurance du monde ne va pas être épargnée par le processus de verdissement qui se déploie sur le secteur de l’automobile. Des bolides durables, c’est possible ?

L’évènement sportif rassemblera 50 000 personnes, une jauge fixée avec la préfecture du Mans. Le déplacement de ces spectateurs pèse lourd dans le bilan carbone des 24 heures du Mans. “Qu’on parle des Jeux Olympiques, de la Coupe du Monde de football ou des 24 heures, le public est le plus gros émetteur de carbone. Pour nous, 68% de notre bilan carbone est lié à l’impact des spectateurs. À titre comparatif, si l’on parle de ce qu’il se passe sur la piste, la part de l’essence et des pneus représente 1,7% du bilan carbone", clarifie Jérôme Lachaze, responsable RSE de l’Automobile Club de l’Ouest, créateur et organisateur des 24 heures du Mans. 

Le 25 juin dernier, l’Automobile Club de l’Ouest a présenté son plan d’action en matière de RSE. Cette stratégie s’articule autour de trois grands axes : le premier pilier rassemble les engagements environnementaux du groupe dont mission H24 fait partie. Il développe, “on travaille avec l’ensemble de nos partenaires pour réduire l’impact du circuit et de la course sur l’environnement. De plus, on a un projet qu’on porte depuis 2013 : la mission H24. On veut qu’en 2024, des voitures hydrogènes participent aux 24 heures du Mans et soient en capacité de concourir contre les plus grosses écuries comme Porsche ou Ferrari.” 

La démarche sociétale est, elle aussi, très présente dans l’orchestration de ce plan d’action. “Par exemple, sur la mission H24 on va tester des récupérateurs de poussière de frein, un polluant très impactant. Transiter vers une voiture zéro émission, c’est un engagement environnemental mais aussi sociétal.” Pour Jérôme Lachaze, ce qui fait la force de l’événement est l’inclusivité du rendez-vous, “Frédéric Sausset est le premier pilote quadri-amputé à avoir fait les 24 heures du Mans. Cette année, il revient avec deux pilotes paraplégiques. On a aussi deux équipages 100% féminins qui participent cette année. On veut passer des messages forts de parité, d’inclusion et de solidarité.”

Louison Guegaden