LE GRAND ENTRETIEN

LE GRAND ENTRETIENDurée : 9m

Lundi 18 octobre 2021, LE GRAND ENTRETIEN reçoit Odile Ehrbar (Fondatrice, Vapodil)

Vapodil : cinq questions à Odile Ehrbar

Gain de temps, d’énergie et de produits ménagers : c’est la promesse de la nouvelle innovation Vapodil, grâce à une méthode alternative et écologique de nettoyage à la vapeur sèche.

Est-ce passionnant une vie de chef d’entreprise dans le domaine du ménage ? 

Je voulais mener un projet qui ait du sens, qui véhicule les valeurs auxquelles je crois : éthique, écologie, respect de l’humain. Le hasard m’a mené vers une petite entreprise qui avait créé un prototype dont j’ai senti tout de suite le potentiel : un nettoyeur vapeur sèche. J’ai décidé de développer ce projet et de dépoussiérer le domaine de la propreté ! La gestion classique de l’entreprise, ce sont des calculs, des prévisions, des projections à priori. Moi, je fais partie de l’humain, de l’impact du produit sur le bien-être des personnes, sur la qualité de leur environnement, le développement durable. Et ça, c’est forcément passionnant, puisque nous sommes dans une innovation permanente !

En quoi Vapodil est-il une innovation ? 

Vapodil présente un haut degré de technologie puisqu’il permet de tout nettoyer en 1 heure avec 1 litre d’eau, sans chimie. La certification Afnor reconnaît les qualités virucides et bactéricides de notre solution. Ergonomique, facile d’utilisation, Vapodil est conçu pour lutter contre les TMS et améliorer la qualité de vie au travail. Il est aussi conçu pour être durable. C’est donc une innovation écologique. C’est aussi un appareil qui a changé la vie quotidienne des gens et qui modifie l’image de la femme de ménage. Le produit a rapidement séduit les utilisateurs, professionnels ou particuliers. Les conseillers Vapodil ne sont pas des commerciaux de formation mais des clients qui sont devenus conseillers : une vraie innovation commerciale.

Quel est votre réseau de distribution ?

Vapodil est distribué chez les particuliers et les professionnels. Les équipes de ventes ne sont pas des commerciaux salariés, mais des conseillers indépendants qui font partie d’un réseau de vente à domicile. Vapodil a rapidement vu grandir sa notoriété auprès de professionnels dans l’hôtellerie, le milieu hospitalier, les crèches ou le marché de l’automobile, en France mais aussi à l’étranger. Partout dans le monde, des clients se passionnent pour ce produit. J’ai aujourd’hui une équipe d’une centaine de conseillères et conseillers actifs qui ont gagné une autonomie financière avec des revenus jusqu’à 15 000 euros par mois. J’ai vu se dessiner un modèle économique qui montre qu’il est possible de concilier l’épanouissement humain et le résultat économique, quand on met l'économie au service de l’humain et non l’inverse.

Vapodil repose sur quel type d’organisation d’entreprise ? 

Nous avons l’habitude de mesurer le poids d’une entreprise au nombre de ses salariés. Chez nous, il y a très peu de salariés, mais un maximum de partenaires qui partagent les valeurs véhiculées par le projet. C’est une entreprise partagée : ce n’est pas mon entreprise, c’est notre projet. Nous conduisons les projets comme des expériences, de manière organique, par opportunité, en assumant les résultats ensemble. L’exemple récent le plus éloquent est lié à la crise sanitaire : alors que tout notre système de commercialisation reposait sur la démonstration à domicile, nous avons utilisé d’autres canaux pour accompagner nos clients. Et la bonne nouvelle, c’est que cela produit de vrais résultats économiques : 4 millions d’euros de chiffre d’affaires et des opportunités de développement sur de nouveaux marchés.

Quels sont vos projets pour la suite ?

Vapodil est un concept innovant qui produit des avancées marquantes dans de nombreux aspects de son développement. Ce sont autant de ressources pour d’autres structures, d’autres projets et d’autres managers. Je pense que mon modèle est transposable et je me sens investie d’une responsabilité en tant que femme, en tant que citoyenne et dirigeante d’entreprise. Aujourd’hui, j’ai besoin de transmettre, de réfléchir à notre économie, à notre rapport au travail, à notre vivre ensemble, à notre impact écologique et à notre responsabilité sociale. Mon projet pour l’avenir, c’est de continuer à aider le projet Vapodil à grandir mais aussi de transmettre mon expérience, accompagner de jeunes porteurs de projets, et participer, avec d’autres dirigeants, à une réflexion sur de nouveaux modèles économiques et de gouvernance.