LE GRAND ENTRETIEN

LE GRAND ENTRETIENDurée : 10m

Mardi 26 octobre 2021, LE GRAND ENTRETIEN reçoit Mathieu Fleury (Directeur, Biocombustibles)

Biocombustibles : cinq questions à Mathieu Fleury

Biocombustibles est une société régionale d’approvisionnement en bois. Grâce à la qualité du bois qu’elle collecte, les clients qu’elle accompagne peuvent se loger, s’équiper en mobilier et se chauffer tout en luttant contre le réchauffement climatique.

Quels sont les avantages du bois ?

Comment peut-on se loger, s’équiper en mobilier, se chauffer tout en stockant du carbone et donc en luttant contre le réchauffement climatique ? La réponse est simple : grâce au bois ! L’indispensable gestion de nos forêts pour en maintenir la multifonctionnalité permet également la création d’emplois locaux et la valorisation de nos territoires. La complémentarité des usages du bois (bois d’œuvre, d’industrie et d'énergie) constitue un fondement permettant d’apporter de la résilience à nos massifs forestiers.

Qu’est-ce-que le bois-énergie ?

C’est avant tout la première énergie renouvelable en France. Le bois-énergie regroupe l’ensemble des usages énergétiques du bois. Nous pouvons schématiquement les scinder en trois grandes catégories : les usages domestiques (poêles à bûches et granulés de bois), les usages collectifs (chaufferies dédiées de quelques kW à plusieurs MW) et enfin les usages industriels (chaufferies souvent de grandes capacités fonctionnant toute l’année pour répondre à des usages de process). Les combustibles sont donc très variés et vont du plus élaboré avec les granulés de bois au plus rustique avec les bois bûches, en passant par les plaquettes avec des morceaux de bois déchiquetés.

Quels sont pour vous les enjeux du bois-énergie aujourd’hui ?

Les collectivités sont soucieuses, d’une part, du développement et de l’aménagement de leur territoire et, d’autre part, de la transition énergétique avec, à la clé, la sortie des énergies fossiles. Pour les industries, c’est également un levier majeur de décarbonation comme l’a montré le récent plan de décarbonation : les 14 derniers lauréats permettront par exemple, l’économie de 137 000 tonnes de CO2 par an. En 2019, le bois énergie c’était plus de 41 supertankers d’éviter par an ! Les forêts sont aussi des éléments structurants des paysages et des atouts pour l’attractivité de la plupart des territoires et des zones péri-urbaines. Le bois-énergie répond à l’ensemble de ces préoccupations : ressource locale dont l’exploitation permet l’entretien des paysages et la gestion des espaces naturels, indépendance énergétique et relocalisation de flux financiers au bénéfice des habitants.

Quels sont les profils métiers de la filière ? 

Nos métiers au cœur de la transition énergétique sont très diversifiés. Cela va du conducteur d’engin aux ingénieurs chargés d’affaires, en passant par les techniciens en chaufferies, les fabricants de chaudières, les bureaux d’études et installateurs, les experts forestiers et les animateurs territoriaux … tous les acteurs de la filière sont à la recherche de candidats pour accompagner l’indispensable développement du bois-énergie. La diversité et l’attractivité de nos métiers sont bien réelles, nous avons besoin de le faire savoir.

Quels sont vos prochains challenges ?

Contrairement aux énergies fossiles, nous ne sommes pas dans une logique minière d’exploitation d’un sous-sol avec comme seul objectif la rentabilité économique. Nous travaillons sur du temps moyen et long. Il n’est souhaitable, ni profitable pour personne de la filière que le travail soit fait au détriment des sols, de la forêt ou de la biodiversité. De la même façon, les exploitants de chauffage sont en contact sur des temps longs avec leurs clients, que ces derniers soient publics ou privés, en aucun cas ils ne souhaitent dégrader l’environnement et la qualité de vie des riverains en polluant l’atmosphère ou le sol. C’est ce que nous devons mieux partager et faire comprendre !